Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3730

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
08/02/2018

« Balises d’opinion » #16 - La cote d’opinion des forces de sécurité publique

Pour leurs 16ème balises d’opinion, l’Ifop, Fiducial, CNEWS et Sud Radio ont voulu connaître l’opinion des Français sur les forces de sécurité publique. Il ressort de cette enquête que celles-ci bénéficient d’un véritable plébiscite auprès de la population. 89% des Français disent avoir une bonne opinion des militaires, 88% des gendarmes, 88% des gardiens de prison et 82% des policiers. Les militaires se distinguent avec 44% de « très bonnes opinions ». L’étude permet par ailleurs de mesurer une évolution notable suite aux attentats ayant frappé la France en 2015-2016 : alors que les policiers bénéficiaient de 65% de bonnes opinions en novembre 2014, ce taux monte à 82% en décembre 2015 et se maintient ensuite au-dessus de 80%. 

Opinion et Stratégies d'entreprise
08/02/2018

Le palmarès des quartiers préférés des Parisiens, des Lyonnais et des Marseillais

Partant du principe que ce sont les habitants qui parlent le mieux de leur ville, l’Ifop a sondé pour le compte d’Explorimmo (le portail d’annonces immobilières appartenant au groupe Figaro) 1000 Parisiens, 600 Marseillais et 500 Lyonnais pour parler de leurs quartiers préférés. On peut retenir du sondage que les quartiers historiques ont la cote, à Paris et à Lyon. Dans la capitale des Gaules, la Presqu’île et le Vieux-Lyon se détache très nettement (beaucoup plus que dans la capitale) comme les deux secteurs qui séduisent la population locale. A contrario, Marseille ne dispose pas clairement d’un secteur de la ville rassemblant une majorité de suffrages.

Opinion et Stratégies d'entreprise
07/02/2018

Le tableau de bord politique Ifop et Fiducial pour Paris Match et Sud Radio - Février 2018

La vague de février du tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, marquée par une adhésion en baisse à la politique conduite par le pouvoir exécutif, livre les enseignements suivants.

Après deux mois consécutif en hausse, la cote d’approbation de l’action du Président de la République est en reflux significatif ce mois-ci. 48% des Français déclarent soutenir la politique d’Emmanuel Macron, contre une proportion de 53% en janvier. Confronté à des mouvements de contestation – surveillants pénitentiaires, personnels des EHPAD, agriculteurs – et à des revers électoraux – élections législatives partielles dans le Territoire-de-Belfort et dans le Val-d’Oise – le chef de l’Etat semble subir les effets d’une repolarisation des électorats. 94% des sympathisants de La République en Marche lui garantissent en effet leur appui, représentant une hausse de 9 points, tandis que la défiance grimpe dans les rangs des proches des autres mouvements politiques, à gauche (33%, -12) comme à droite (48%, -4). Emmanuel Macron garde toutefois à son crédit les bénéfices de sa politique internationale : 77% des personnes interrogées considèrent qu’il défend bien les intérêts de la France à l’étranger. Mais seules 40% d’entre elles le jugent proches de leurs préoccupations (-3).

Le Premier Ministre subit davantage cette vague de repolarisation. 50% des Français perçoivent positivement la politique qu’il conduit à la tête du gouvernement, soit un résultat en recul de 9 points venant annihiler les hausses observées entre novembre 2017 et janvier 2018. Moins protégé par les sympathisants de La République en Marche qu’Emmanuel Macron (82%, -6), Edouard Philippe enregistre des baisses sensibles auprès des sympathisants de son ancien parti Les Républicains (51%, -17), désormais aux mains de Laurent Wauquiez, et de ceux du Front National (23%, -20). Il n’est pas à exclure que le projet d’abaissement de la vitesse maximale autorisée sur les routes départementales, porté par le chef du gouvernement, soit l’une des raisons expliquant la baisse de l’approbation de son action ; il s’agit en tout cas de l’un des sujets ayant le plus alimenté les conversations des Français cette semaine (74% de citations), juste derrière les intempéries et les inondations ayant eu lieu dans différentes régions hexagonales (80%).

Du côté de l’opposition, La France Insoumise demeure comme la formation principale d’opposition au Président de la République malgré la victoire de candidats des Républicains lors des deux élections législatives partielles organisées dernièrement. Une majorité relative de personnes interrogées se représentent la formation de Jean-Luc Mélenchon comme l’incarnation de l’adversité à la majorité présidentielle (37%). A un niveau en-dessous, mais en hausse de 2 points par rapport au mois dernier, Les Républicains recueillent 26% de citations et semblent prendre l’avantage sur le Front National (20%, -2). Le Parti Socialiste n’est toujours mentionné que par 8% des Français, dont à peine 35% de leurs sympathisants.
Opinion et Stratégies d'entreprise
06/02/2018

Ifop Focus n°174 - Les élections territoriales en Corse : les « natios » raflent la mise

Au terme d’une campagne relativement atone et qui débouchera sur une abstention très importante (47,5%), les nationalistes vont confirmer au-delà de leurs espoirs leur domination électorale et transformer l’essai des législatives de juin 2017 qui les avaient vus remporter trois des quatre circonscriptions corses. La liste Siméoni-Talamoni atteint en effet le score historique de 45,4% au premier tour. Avec ce score frôlant la majorité absolue, les « natios » améliorent de 10 points leurs résultats du second tour des élections régionales de 2015 (35%) qu’ils avaient remportées dans le cadre d’une quadrangulaire. Cette performance est d’autant plus spectaculaire que le tandem Siméoni-Talamoni était concurrencé par une autre liste nationaliste du Rinnovu, emmenée par Paul-Félix Benedetti, et qui obtint 6,7% des voix.