Opinion et stratégies d'entreprises Consumer Services Santé Media et numérique Luxe
3812

Publications en Opinion et Stratégies d'entreprise

Opinion et Stratégies d'entreprise
18/05/2018

« Balises d’opinion » #28 - Les Français et la menace terroriste

L’attaque terroriste au couteau de samedi dernier dans le quartier de l’Opéra à Paris n’a pas fondamentalement changé la perception de la menace terroriste par les Français puisqu’ils considèrent toujours quasi unanimement que la menace terroriste est élevée (93%, soit le même niveau que lors de la dernière mesure fin mars 2018), et ce quelle que soit leur sensibilité politique (de 89% pour les sympathisants de La France Insoumise à 96 % pour ceux du Front National et même 100% pour les proches des Républicains). Néanmoins, la proportion de personnes jugeant la menace « très élevée » continue de se réduire pour atteindre son plus bas niveau depuis un an à 37% (contre 39% en mars dernier et 59% en juin 2017), même si cela cache de fortes disparités selon la sensibilité politique (respectivement 61% et 49% des sympathisants du FN et de LR considèrent la menace « très élevée » contre 28 et 19% des proches de LREM et LFI).

Remise à l’ordre du jour par l’identité de l’auteur de la dernière attaque terroriste (qui était fiché « S »), la question de l’attitude à adopter vis-à-vis des personnes faisant l’objet d’une fiche « S » est assez nettement tranchée par une large majorité de Français : 75% d’entre eux estiment que l’arrestation et l’emprisonnement des personnes faisant l’objet d’une fiche « S » est « une bonne chose ». Cette proposition convainc plus les sympathisants de LR (82%) et du FN (91%) que ceux de LFI (59%), du PS et de LREM (66% tous deux). Toutefois, la proportion de personnes jugeant un tel projet réaliste est nettement plus faible, bien que tout de même majoritaire (54%).
Opinion et Stratégies d'entreprise
18/05/2018

Les Français et la prise en compte de la condition animale

Dans le contexte de l’examen ce mois-ci par l’Assemblée nationale du projet de loi portant sur l’agriculture contenant notamment un chapitre sur le bien-être animal, plusieurs amendements proposant d’interdire l’élevage en cage des poules pondeuses et l’installation de caméras dans les abattoirs seront déposés. Que pensent les Français de ces amendements et plus généralement de la prise en compte de la condition animale par les institutions de la République ?
Une écrasante majorité de Français (80%) considère qu’il est du devoir de son député de voter ces amendements défendant la condition animale, près d’un Français sur deux (49%) étant même « tout à fait » de cet avis.
Par ailleurs, 71% des Français seraient favorables à ce que la mention de la « protection animale » figure dans l’intitulé d’un ministère (dont 38% y seraient « tout à fait favorables »). Une proportion encore plus grande de Français (77%, dont 42% « tout à fait favorables ») adhère même à l’idée d’une inscription de la protection des animaux dans la Constitution, au même titre que la protection de l’environnement avait intégré le bloc constitutionnel en 2005.
Opinion et Stratégies d'entreprise
17/05/2018

Les Français et la protection des espèces menacées

Alors que le président de la République a fait part il y a quelques semaines de sa volonté de restaurer les chasses présidentielles, l’Ifop a recueilli l’opinion des Français à ce sujet et plus globalement sur la protection des espèces menacées.
Les Français rejettent massivement la proposition d’une réouverture des chasses présidentielles formulée par le chef de l’Etat (80% y sont opposés dont 53% tout à fait opposés). Parmi les électeurs du premier tour de la dernière élection présidentielle, ceux de François Fillon y sont relativement moins défavorables (67% y sont opposés) que les autres, en particulier moins que ceux qui avaient alors voté pour Emmanuel Macron (73%).
Plus généralement, s’agissant de la disparition des espèces animales et végétales, une écrasante majorité de Français (85%) juge que l’Etat et les élus n’ont pas pris la mesure de la gravité de la situation et ne font pas ce qu’il faudrait. Les Français se prononcent d’ailleurs largement (88%) en faveur de l’arrêt immédiat de la chasse des espèces d’oiseaux menacées (classées sur les listes rouges de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature), vingt de ces espèces étant aujourd’hui chassées en France. L’interdiction générale du piégeage des oiseaux convainc quant à elle près de deux Français sur trois (65%).
Opinion et Stratégies d'entreprise
16/05/2018

Les professionnels et la route : quelle connaissance du risque routier de leurs salariés ? - Vague 3

A peine un dirigeant sur cinq attribue correctement la bonne place au risque routier dans la hiérarchie des causes d’accidents mortels au travail (18%). Une erreur d’évaluation qui croît depuis le début des mesures, puisqu’ils étaient 25% à estimer correctement ce risque en 2016. A l’inverse, ils sont de plus en plus à considérer que le risque routier professionnel occupe seulement la seconde place (43%) et un gros tiers lui attribue la troisième (35%).